Le Bidul n°275 Décembre2022 Reviewed by Momizat on . Il se passe quelque chose au royaume Plantagenêt. Il n'y a plus de place sur le bidul. Pour palier à ce problème, nous avons pensé à fournir Il se passe quelque chose au royaume Plantagenêt. Il n'y a plus de place sur le bidul. Pour palier à ce problème, nous avons pensé à fournir Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » bidul » Le Bidul n°275 Décembre2022

Le Bidul n°275 Décembre2022

Il se passe quelque chose au royaume Plantagenêt. Il n’y a plus de place sur le bidul. Pour palier à ce problème, nous avons pensé à fournir une paire de verres grossissants avec chaque bidul. trop compliqué; à nous associer avec des ophtalmologistes. il n’y en a plus.

Pour l’instant, nous continuerons donc a utiliser toutes les abréviations possibles et inimaginables et continuer à réduire la police au dixième de millimètre, mais surtout de nous réjouir de toutes ces propositions culturelles.

Derrière cet engouement, des acteurs et actrices, historiques, comme la Compagnie Marie Lenfant qui nous propose ce mois-ci une rencontre internationale inédite sous le signe de l’improvisation, de la musique et de la danse dans différents endroits de la ville ; les différents théâtres indépendants de la ville et du département qui continuent à nous proposer une programmation originale et unique; les bars, les anciens, de plus de vingt ans (joyeux anniv au barouf !), les nouveaux, comme les copains de la bsd, les gros touffus, les p’tits joufflus, les tous frais comme le blue zinc et Fred au Pilier Rouge qui portent la relève de leurs glorieux illustres et y apportent leur patte ; des associations ; évidemment tous les artistes locaux ; des acteur.e.s indépendant.e.s comme le garage 5, merci Nico et Gaëlle, qui ont fait du Mans un point de passage obligé pour une scène alternative et souterraine jusqu’alors inconnue de beaucoup ;  mais aussi des institutions avec des projets qui font sens avec ces initiatives locales, le Plongeoir, le Mans Sonore, Superforma, etc.

Derrière tout ça peut-être aussi un effet d’après confinement, ou l’on réalise que la vie est ici et maintenant, par nous et pour nous. En-tout-cas, on se réjouit de ces ponts qui se construisent et nous continuerons bon an mal an, avec nos retards (eh oui on est le 4…), nos coquilles, nos jeux de mots, nos rhumatismes, à les cartographier du mieux qu’on peut.

En attendant voici le bidul de décembre.

Il est temps d’aller se réchauffer dans les estaminets.
Bonne fin d’année, et rendez-vous en 2023 jusqu’à preuve du contraire.

Le bidul 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté en pour poster un commentaire.

© 2014 - lebidul.com

Retour en haut de la page