David Jaunay, là où les parallèles se croisent… Reviewed by Momizat on . David, formé chez les Compagnons du Devoir pendant 3 ans en menuiserie, est aujourd’hui un artiste plasticien qui se donne peu de limites. A travers ses œuvres, David, formé chez les Compagnons du Devoir pendant 3 ans en menuiserie, est aujourd’hui un artiste plasticien qui se donne peu de limites. A travers ses œuvres, Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Chroniques » David Jaunay, là où les parallèles se croisent…

David Jaunay, là où les parallèles se croisent…

12486069_940861815998841_1801078253992224546_o (1)

David, formé chez les Compagnons du Devoir pendant 3 ans en menuiserie, est aujourd’hui un artiste plasticien qui se donne peu de limites. A travers ses œuvres, il joue avec l’amour, les lettres et les vanités, les détournant leur sens propre.

« Un travail de fou, dans lequel c’est la matière qui crée le tableau.» (Cédric Pierre, gérant de la galerie Museo Gilardi)

Il s’expose actuellement au Berlin Café (10, place de l’Eperon) jusqu’au 15 avril 2016 et sera ensuite visible au Barouf (8, rue Victor Bonhommet) .

* Pour commencer décris-moi d’où vient ton inspiration artistique.

« En premier lieu, je dirais le Street Art, qui me passionne depuis longtemps. C’est un peu la tribune libre des artistes contemporains. C’est un Art vaste et à multiples facettes dans lequel je me retrouve.

Ensuite il y cette attirance pour la création de matière, l’assemblage de plusieurs éléments les uns sur les autres, afin d’obtenir une vision 3D. J’aime offrir une nouvelle phase de lecture en relief, en m’appliquant sur l’esthétisme et la dynamique de l’objet.

Je déstructure les lettres et je les démultiplie dans une rigueur propre au Street Art, je détourne l’objet de son sens propre en laissant libre, l’interprétation de chacun »

*Dans quelles conditions travailles tu et avec quels types de matériaux ?

« Je suis membre de l’Asso des Baltringos (depuis 4 ans), qui se situe au lieu dit Les Subsistances. Y sont regroupés tous corps de métiers touchant l’artistique (techniciens, monteurs de chapiteaux, artistes et compagnies), nous avons à notre disposition un super atelier avec beaucoup de matos et d’outils, cela me permet d’avoir un grand espace pour travailler avec tout ce dont j’ai besoin pour créer.

En ce qui concerne les matériaux, j’utilise pour la plupart du temps du bois, du médium, du PVC, de la résine et puis bien sûr, de la peinture. »

*Où peut-on voir toutes tes créas ?

« Comme beaucoup de gens, j’ai une page facebook, difficile d’y échapper de nos jours … :  https://www.facebook.com/david.jaunay.3?fref=ts

Sinon, je suis visible sur 2 sites web :

Museo Gilardi, chez qui j’avais d’ailleurs exposé en septembre dernier, lorsqu’il s’était implanté sur le Mans, Place du Halai : 

Et puis il y a Artsper, sur lequel on peut également me trouver :  http://www.artsper.com/fr/artistes-contemporains/france/3927/david-jaunay»

*Je reviens sur tes inspirations artistiques, peux tu me donner quelques noms d’artistes qui te fascinent et juste une chose qui les qualifie pour toi ? « J’adore le coté ultra réaliste du graffeur Daim :  http://daim.org/site/en

J’aime beaucoup aussi Reso, pour sa dynamique et son lettrage fluide mais à la fois très compliqué  : https://www.facebook.com/resolcf/

Et puis j’ai découvert Nancy Fouts, une photographe, j’aime son coté espiègle et sa façon de détourner les objets :  http://www.nancyfouts.com/

*Encore quelques petites questions, un peu plus personnelles mais qui touchent toujours à l’univers artistique.

Je sais que tu es un adepte du « 7ème art », dans ce cas, cites moi 3 films.

« – Les fils de l’Homme de Alfonso Cuarón, pour moi, un film très inattendu qui donne une vision de ce que pourraient être les rapports humains dans un contexte post-apocalyptique.

– The Revenant, le dernier film d’Alejandro González Iñárritu, certains passages sont terriblement violents et pourtant, la façon dont sont tournées ces scènes, laissent transparaitre une beauté dans toute cette sauvagerie.

– The Fall, de Tarsem Singh, j’ai trouvé que c’était une œuvre somptueuse et atypique avec une particularité esthétique et photographique tout à fait grandiose. »

*Ok, et en ce qui concerne la musique, quels sont tes derniers coups de cœur ?

« J’écoute en grande partie de l’électro/drum’n’bass. Pour ce qui est des coups de cœur, je dirais : – Roger Molls avec Hipologie :  https://www.youtube.com/watch?v=3Pyl-GNoIMs – Guts avec Aimer sans amour  : https://www.youtube.com/watch?v=T1ZNnkttFnc – Degiheugi avec Kolkata :  https://www.youtube.com/watch?v=QgbNr9nB84I

*Bon allez une dernière question et je te laisse tranquille, quel est le dernier livre posé sur ton chevet ?

« Les Catilinaires d’Amélie Nothomb, pas tout jeune, sorti en 1995, mais qui reste un de mes préférés ! »

© 2014 - lebidul.com

Retour en haut de la page